Ordre de présence, Titres de politesse et Art de recevoir

Si vous souhaitez créer une ambiance un peu officielle ou guindée, vous allez pouvoir faire appel aux règles de savoir-vivre et de savoir-recevoir que sont l’Ordre de Préséance, les titres de politesse et l’Art de recevoir. Vous trouverez ici également des conseils pour les invités sur les coutumes et les usages. Cet article n’est qu’un simple résumé des règles nombreuses et parfois contradictoires que vous trouverez : adaptez vous aux circonstances, faites preuve de bon sens, de diplomatie, de respect. Mettez vous dans la tête de vos personnages et imaginez ce que peuvent apporter la préséance, le placement, le savoir-vivre à votre scénario et au déroulement de votre jeu : soyez astucieux et tirez parti de ces règles pour en faire des mini-ressorts pour pimenter ou optimiser votre trame scénaristique.  

Placement à table

Bien que ce soit un exercice particulièrement périlleux, il n’existe pas de Murder Party digne de ce nom sans un repas à table… Pour le plan de table, vous allez devoir respecter un ordre de placement et des règles très précises. Pour éviter de rentrer trop en profondeur dans les détails des règles du protocole, nous nous contenterons des règles générales. Les règles du placement sont également valables (avec quelques différences minimes) pour les tables de conférences et les réunions, mais ces évènements sont très rares en Murder Party. L’ordre de préséance dicte également la disposition des dignitaires et autres invités sur la photographie officielle s’il y a. Le présent ordre de préséance vaut également pour les représentants personnels (sherpas).

Au sein de chaque rang, le temps passé au pouvoir est pris en considération. La préséance est donnée au pays hôte, indépendamment du rang de son chef de délégation ou de la durée de son mandat.

L’ordre de préséance est le suivant :

  • chefs d’État (présidents, chanceliers);
  • chefs de gouvernement (premier ministre, président du conseil des ministres);
  • les princes de sang;
  • les rois et les reines;
  • les ducs;
  • les maréchaux et dignitaires militaires;
  • les membres de l’Église;
  • les chefs de délégations étrangères;
  • les membres du gouvernement;
  • les députés et sénateurs;
  • les juges de paix et hauts membres de la magistrature;
  • les académiciens;
  • les Grands Électeurs

Dans certaines cérémonies, l’ordre protocolaire est beaucoup plus précis. Pour en savoir plus, consultez la législation de votre pays (chaque pays a ses us et coutumes). Voici le cas de la France

Plan de table

L’hôte sert de point de référence, de sorte que les invités s’asseyent à sa droite et à sa gauche en alternance et selon l’ordre de préséance (en commençant par la droite de l’hôte). Il est d’usage que le maître et la maîtresse de maison président le repas et se fassent face en bout de table (à l’anglaise) ou au centre de la table (à la française). À la droite et à la gauche des maîtres de la maison seront placées les personnes les « plus importantes », ou les plus âgées ou encore celles qui viennent pour la première fois.

Si la réception est organisée en l’honneur d’une personne, ce sera cette personne qui présidera à la place des maîtres de maison. La place d’honneur se situe à la droite de la maîtresse de maison puis à sa gauche. Symétriquement une invitée de marque sera assise à droite du maître de maison puis à sa gauche.

Un chef d’État, un prince de sang, un haut dignitaire de l’Église prennent la place du maître de maison. Ce n’est pas vrai pour les femmes.

Vous pouvez alterner ces personnalités avec leurs épouses en suivant cette règle: la dame que vous placez à la droite du maître de maison ou d’une personne d’importance ne doit pas être l’épouse du monsieur que vous placez à droite de la maîtresse de maison où à la droite d’une dame d’importance.

Autres règles :

  • On ne doit pas séparer un couple marié depuis moins d’un an. De plus, lorsqu’il y a plusieurs petites tables, l’usage recommande de séparer les couples.
  • À sa droite, la maîtresse de maison accueille l’homme le plus âgé et à sa gauche un homme plus jeune. Le maître de maison fait de même pour les invitées.
  • Si tous les invités ont des statuts similaires la personne la plus âgée, reçue pour la première fois ou occupant la plus haute fonction, sera assise à la droite de ses hôtes.
  • Une maîtresse de maison célibataire évitera de placer en face d’elle un homme mais préfèrera une amie. Quant à un hôte célibataire, il n’est pas supposé s’asseoir en face d’une femme mariée dont l’époux est absent.
  • A âge égal, une femme mariée, un homme marié passent avant les célibataires sauf pour un ecclésiastique qui, quel que soit son âge, est placé à droite de la maîtresse de maison, ou une religieuse qui sera placée à droite du maître de maison.
  • Dans les repas de famille la place d’honneur revient à la personne la plus âgée de l’assistance.
  • Généralement, on place les fiancés côte à côte.  

Photographie officielle

Pour la photographie officielle, les chefs de délégation se placent dans le même ordre que celui du plan de table, c’est-à-dire que le président est le point de référence selon lequel les autres dignitaires sont placés en alternance (droite/gauche) en suivant l’ordre de préséance.

Drapeaux

C’est la coutume de hisser les drapeaux nationaux au lieu d’une rencontre durant un sommet. Les drapeaux ont les mêmes dimensions et sont placés à la même hauteur. Ils sont déployés selon l’ordre alphabétique de la langue de l’hôte, et ce, conformément à la liste alphabétique des États membres de l’Organisation des Nations Unies, de gauche à droite, du point de vue des spectateurs, le drapeau du pays hôte apparaissant le premier à la gauche.

Les drapeaux de la province et de la ville sont hissés lors des activités auxquelles prennent part des représentants provinciaux et municipaux, mais après les États.

Publications

L’ordre d’énumération des délégations dans les publications obéit aux mêmes règles de protocole que celui du déploiement des drapeaux. Les noms des délégués figurent dans l’ordre de préséance établi par leur délégation.  

Titres de politesse

Voici une liste des titres à utiliser durant une conversation avec un dignitaire.

Dignitaires politiques et ambassades :

  • Premier ministre : « Monsieur le Premier ministre » d’abord; puis « M. Dupont »
  • Le président d’une république : « Excellence » d’abord; puis « Monsieur le Président » (exception : le Président des États-Unis : tout de suite « Monsieur le Président »)
  • Un chancelier « Monsieur le Chancelier »
  • Un premier ministre « Monsieur le Premier ministre » d’abord; puis « Monsieur Dupont »
  • Ambassadeurs / hauts-commissaires d’un pays étranger : « Votre Excellence » ou « Excellence »
  • Ambassadeurs / hauts-commissaires du pays hôte : « Monsieur l’ambassadeur / le haut-commissaire / Madame l’ambassadrice / la haute-commissaire »
  • Cabinet des ministres « Monsieur le Ministre / Madame la Ministre » d’abord; puis « Monsieur / Madame » (suivi du nom)
  • Sénateurs « Monsieur le Sénateur / Madame la Sénatrice » (suivi du nom)
  • Députés « Monsieur / Madame » (suivi du nom)
  • Lieutenant-gouverneur d’une province « Votre Honneur » d’abord; puis « Madame / Monsieur » (suivi du nom)
  • Conjoint d’un lieutenant-gouverneur « Votre Honneur » d’abord; puis « Madame / Monsieur » (suivi du nom)
  • Premier ministre d’une province « Monsieur le Premier ministre / Madame la
  • Première ministre » (attention, dans certains cas, l’intéressée préfère être appelée  » Madame le Premier ministre « ), puis « Monsieur / Madame » (suivi du nom)
  • Maire « Monsieur le Maire / Madame la Mairesse » d’abord (dans certains cas, l’intéressée préfère être appelée « Madame le Maire »); puis « Monsieur / Madame » (suivi du nom).

Dignitaires militaires

Utiliser le titre de leur grade (« mon général »). Ne pas utiliser le « mon » si vous êtes d’un grade supérieur ou si vous n’êtes pas dépendant de sa juridiction militaire (pour les civils).

Quand le militaire est d’une puissance autre que la vôtre (alliée ou ennemie), on ajoute par politesse et diplomatie le « mon ».

Les anciens militaires conservent leur titre de façon honorifique.  

Dignitaires religieux

  • Prêtre : « mon père », puis : « père »
  • Cardinal, évêque, archevêque : « Monseigneur » ou « Excellence »
  • Pape : « Votre Sainteté »
  • Moine et religieuses : « mon frère / ma sœur » (cas particulier : « ma mère » pour une mère supérieure)

L’Art de recevoir

Les bouteilles Lors d’un repas entre amis, l’usage vous autorise a disposer les bouteilles de vin sur la table, ainsi qu’un pot d’eau. Sinon, il faut les placer sur une desserte, de même que de l’eau minérale en bouteille.

Les verres Les « arts de la table » sont catégoriques: les verres se disposent de gauche à droite, par ordre décroissant de taille. A gauche, le verre à eau et les verres à vin à droite. La flûte a champagne est un peu décalée sur la droite.

Les couverts se présentent du côté de la main qui les utilise, aucune dérogation n’étant prévue pour les gauchers ! Les fourchettes sont tournées pointes vers la table. Le contraire en Angleterre.

Devant l’assiette, placez la fourchette à dessert (manche vers la gauche, sauf si elle est seule) et la cuillère (vers la droite).

Placement à table : Si le nombre d’invités est tel que vous craignez de ne pouvoir mémoriser votre plan de table, inscrivez leur nom et leurs titres, sans vous tromper sur l’orthographe, sur un carton placé devant chaque assiette.

Placez côte à côte les personnes qui ont des affinités ou des intérêts communs, tout en évitant de créer des clans en réunissant dans un même coin des personnes qui se connaissent trop bien.

Éloignez le plus possible les unes des autres des personnes qui ne s’entendent pas et veillez à ce qu’aucune occasion ne soit le prétexte d’une nouvelle querelle. 

Le savoir-vivre : comportement pour les invités

  • En arrivant à la table, l’homme peut aider ses voisines à s’asseoir en tenant tout simplement leur chaise.
  • Les femmes peuvent aussi poser ce geste attentionné à l’égard des personnes plus âgées.
  • Normalement il faut attendre que la maîtresse de maison soit assise avant de s’asseoir.
  • Dépliez votre serviette de table et posez-la sur vos genoux. On ne la coince jamais au col ou entre deux boutonnières, sauf pour manger du homard.
  • Ne buvez pas avant de manger même si votre verre est déjà rempli.
  • Ne grignotez pas nerveusement le pain avant d’entamer le premier plat.
  • On ne sale ni ne poivre le plat proposé avant de l’avoir goûté.
  • On ne sent pas son plat.
  • On ne souffle pas non plus sur un plat chaud.
  • Attendez pour manger que tout le monde soit servi et que la maîtresse de maison ait commencé à le faire.
  • Il ne faut pas couper toute sa viande en morceaux avant de la manger, ni écraser tous ses légumes en purée.
  • Si vous voulez vous resservir, attendez qu’on vous le propose.
  • Ne vous servez pas une trop grosse portion, mieux vaut en reprendre. Ne mangez ni trop vite ni trop lentement.
  • L’invité ne se sert pas à boire lui-même sauf s’il est chargé du service. Dans ce cas, il se sert en dernier.
  • Avant de boire, il faut finir sa bouchée et se tamponner la bouche de sa serviette de table.
  • Si vous avez besoin de quoi que ce soit sur la table, n’étendez pas votre bras devant le voisin, même en disant « pardon », sous prétexte de ne pas le déranger. Demandez poliment qu’on vous fasse passer un plat, le sel ou le beurre.
  • Buvez à petites gorgées et de façon modérée.

Les choses à vraiment éviter pour ne pas être très grossier…

  • Tendre son verre quand on a soif.
  • S’asseoir tandis que les autres restent debout autour de la table.
  • S’essuyer le nez avec sa serviette.
  • Boire ou manger en continuant de parler.
  • S’immiscer dans la conversation d’autres personnes sans y être invité.  

Certains éléments de cet article ont été trouvés sur Internet ou dans divers ouvrages. Il s’agit d’un résumé synthétique, et bien des détails n’ont pas été conservés : l’art de la préséance, de la bienséance et du savoir-vivre prend des livres entiers. Si vous êtes curieux, je ne peux que vous inviter à lire plusieurs ouvrages sur la question, mais n’oubliez pas que si vous voulez « infliger » ces contraintes à vos joueurs, vous vous devez de vous en servir pour enrichir et nourrir votre jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *