Vous avez choisi la méthode la plus fun

Vous allez ici découvrir une méthode en 7 étapes pour démasquer l’assassin. Il suffit de suivre ces quelques règles simples que vous ne pourrez pas appliquer. C’est le soucis avec cette méthode, elle marche mais n’est pas applicable car elle repose sur des notions hors-jeu que votre personnage ne pourrait en aucun cas imaginer. Voyons maintenant le détail de la méthode.

Faites confiance à tout le monde

La recherche de l’identité de l’assassin dans une Murder Party est la tâche qui occupera une majorité des joueurs. Sauf miracle, vous n’avez aucune chance de découvrir tout seul qui est le meurtrier, aussi vous allez devoir partager, échanger des informations et surtout essayer de savoir ce que les autres savent, ont vu ou ont compris. Comme vous n’avez aucun moyen de savoir si ce qu’ils vous disent est vrai, il va falloir faire confiance. Il peut être utile de vous allier avec un ou deux joueurs pour avancer.

Ne faites confiance à personne

On ne le répètera jamais assez : dans une Murder Party, tout le monde est suspect. Ne l’oubliez pas. Ce qu’on vous dira peut être faux, peut être une version élaguée de la vérité. On peut même vouloir vous faire passer pour l’assassin en vous extorquant des informations compromettantes. N’hésitez pas alors à trahir vos alliances, discrètement bien sûr. Plus ennuyeux, un joueur peut vous mentir de bonne foi, en pensant vous dire la vérité.

Mentez

Le fait de rechercher de informations ou des preuves ne vous force pas à tout avouer au premier venu. Soyez sûr de vous, mentez avec conviction, de façon cohérente et en ajoutant du vrai dedans, afin de tout mélanger et que votre interlocuteur ne soit plus capable de discerner le vrai du faux. Cela peut vous aider à cacher quelque chose en le disant, en vous efforçant alors pour que l’autre se rende compte que vous mentez et fasse l’amalgame.

Ne procédez pas par élimination

Si vous utilisez la méthode qui consiste à éliminer un à un les suspects, vous vous tromperez à coup sûr : l’organisateur, le scénariste et le tueur ont tout prévu pour ça. Les alibis fournis par des tiers peuvent être faux (complicité ou chantage par exemple), mais vous-même pouvez être victime d’une supercherie, par exemple si le meurtre n’a pas eu lieu au moment indiqué, mais avant : le tueur pourrait alors venir vers vous au moment présumé de l’assassinat, et se forger ainsi un excellent alibi…

C’est toujours le paraplégique qui a fait le coup

Cette phrase célèbre, tirée d’une des aventures de Gidéon Fell, s’applique malheureusement trop souvent. Bien entendu, elle signifie surtout que le coupable désigné par les indices n’est pas le bon, et qu’il faut chercher qui a placé des pseudo preuves pour trouver le coupable. Bien sûr, ceci n’est pas une règle absolue, mais l’expérience prouve que, cherchant trop souvent l’originalité ou l’imprévu, les scénarios de Murder Party respectent les préceptes qui s’appliquent aussi aux films et romans policiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *